La vallee francaise en cevennes.

Sainte Croix Vallée Française

Accueil

Commune associée à la " Communauté de communes de la Cévenne des Hauts Gardons "   -   les Cévennes en Lozère    
Site officiel de la commune de Sainte Croix Vallée Française, Lozère, France    

 
 

Bienvenue en Vallée Française ,
bienvenue à Sainte Croix Vallée Française ....

 
 

En Languedoc - Roussillon, au sud de la Lozère, la Vallée Française est située dans le Parc National des Cévennes, elle s’étend de Barre des Cévennes au nord à St Étienne Vallée Française au sud.

Pour atteindre le village de Sainte Croix Vallée Française, vous avez la possibilité de longer les Gardons (rivières) depuis Saint Jean du Gard ou d'emprunter la Corniche des Cévennes (ancienne Route Royale) à partir de Saint Jean du Gard ou de Florac.

Sculptée au fil du temps par le Gardon de Sainte Croix, La Vallée Française offre tout l’échantillonnage représentatif de la Cévenne typique : paisibles méandres en bordure de prairie, reliefs schisteux, vergers et jardins en terrasses ou « bancels », hameaux maçonnés en pierres sèches, culture du châtaignier appelé autrefois « arbre à pain », élevage de chèvres pour la fabrication du savoureux fromage local : le Pélardon…

Cette vallée lozérienne porte également de nombreuses traces du passé: magnaneries (bâtisses réservées à l’élevage du ver à soie), clèdes (toujours utilisées pour le séchage des châtaignes), caches Camisardes, églises romanes, château médiéval…


Sept communes de la Vallée Française, dont Sainte Croix Vallée Française,  font partie du "territoire des Causses et des Cévennes" inscrit en juin 2011 par l'Unesco dans la liste prestigieuse du patrimoine de l'humanité dans la catégorie des " paysages culturels évolutifs et vivants " au titre de l'agropastoralisme méditerranéen.
 
Pour les amoureux de la nature et du calme, de nombreux sentiers et G.R. traversent le paysage à l’ombre des châtaigniers et offrent, sur les hauteurs, une vue imprenable sur le Mont Lozère et le Mont Aigoual.
 

 

 
Origine du nom " VALLEE FRANCAISE " ?

  L'origine du nom " Vallée Française" a donné lieu à bien des interprétations.

Pour certains, il s'agirait d'une vallée franche ou déchargée d'impôts. Pour d'autres, cette vallée aurait été occupée par les Francs au moment des invasions sarrasines.

Les historiens contemporains sembleraient s'accorder sur la seconde hypothèse et donc pour penser que l'origine de ce nom vient du fait que cette vallée a constitué une avancée Franque durable dans la Septimanie Wisigothique (entre le Vème et VIIIème siècle).

 

UN PEU D'HISTOIRE...
 

Le nom Cévennes aurait été donné par Jules César, alors conquérant de la Gaule. Traversant notre massif montagneux, il a vu qu'il donnait naissance à sept cours d'eau qui sont: l'Allier, le Lot, le Tarn, le Gardon, l'Hérault, la Cèze et l'Ardèche. Ce général a baptisé ce pays montagneux " Au sept veines" (sept rivières), d'où, le nom de Cévennes par déformation.

Les Cévennes furent habitées dés l'époque néolithique, menhirs et dolmens y sont nombreux. des enceintes fortifiées ou oppida en pierres sèches et aux murs très épais subsistent surtout sur la partie périphérique des Cévennes.

C'est contre ces formidables constructions, que César va mener une lutte sans merci lors de la conquête du Massif central. Les premiers chemins furent les " drailles" ces voies de transhumance encore utilisées aujourd'hui. Deux peuples d'origine celtique occupent alors  les Cévennes:  les Gabales au nord et les Volques au sud.

Au terme de la guerre des Gaules, les vallées du lot et du Tarn ont été choisies comme lieux privilégiés de l'installation romaine. Dans les Cévennes, ils construisirent des routes qui servaient à communiquer avec le reste de l'Empire: la Voie Régordane menant de Nîmes au Puy et la voie qui permettaient d'accéder au pays des Gabales, le Gévaudan.

Ces routes allaient voir défiler des convois entiers de poteries "de la graugésenque" fabriquées prés de Millau ce qui permit d'en fournir des quantités inouïes à l'Empire. Les routes cévenoles facilitaient donc le transport de toutes ces fabrications ; elles étaient également utilisées pour l'évacuation des minerais de toutes sortes que recèle le sol du pays et que les romains exploitaient avec soin et même avidité.

Au Ve siècle, l'empire romain se disloque, mais le christianisme s'est déjà partout implanté.

Les grands courants d'invasion qui ont déferlé successivement sur le Midi de la France (Wisigoths et Sarrasins) ont généralement évité les pays d'accès difficile.
Cependant une légende veut que l'église carolingienne de Moissac, dans la Vallée-française, ait été bâtie pour commémorer, sur le champ de bataille même, une défaite des Sarrasins. D'où les lieux dits de Fez Roland ( pour Roland de Roncevaux) et de Fez Bégon ( son lieutenant).

Après le départ des Sarrasins, Charlemagne réorganise ses provinces et favorise l'organisation religieuse par la création d'évêchés ( celui d'Arisitum prés du Vigan dura un siècle et celui de Mende ) et l'organisation administrative par la nomination de fonctionnaires: comtes et barons. Mais ceux-ci, oublieux de leurs origines précaires et révocables, transforment leurs fonctions temporaires en charges héréditaires : ainsi naquit la féodalité !

Plus tard, au IXe siècle, la répartition des évêchés se trouve modifiée. Celui d' Arisitum ayant disparu, ses dépendances sont partagées entre celui de Rodez et celui de Nîmes.

Alors que l'influence impériale, puis royale diminue peu à peu en cette fin du premier millénaire, des seigneurs locaux, laïcs, comme le seigneur d'Anduze, ou ecclésiastiques, comme l'évêque de Mende, en profitent pour accroître leur puissance.

Les châteaux marquent toutes les vallées cévenoles de leur domination politique, militaire  et économique.

Le pays est relativement prospère en ce début du XIIIe siècle, lorsque survient la croisade des Albigeois. Certains Cathares pourchassés se seraient alors réfugiés dans les Cévennes.  Les horreurs des bandes de Simon de Montfort dévastent le Languedoc mais ceux-ci ne paraissent pas avoir atteint les montagnes. Les barons du nord éliminent, quant à eux, les seigneurs méridionaux qu'ils soient d'Alès, d'Anduze ou de Sauve et prennent leur place.

La fin du Moyen âge est marquée par les conséquences de la guerre de Cent Ans, dont les mercenaires inemployés, appelés routiers, ont sillonné les Cévennes en pillant les villages.

Au XVIe siècle la Réforme est prêchée en Cévennes et la plus grande partie de la population est conquise par cette doctrine nouvelle dont la forme de démocratie religieuse s'accorde parfaitement avec la fierté des autonomies communales et avec l'esprit d'indépendance de la population. Il va en résulter pendant deux siècles une série de guerres de religion. Ces confits marquèrent profondément les mentalités. Alors que le nord du Gévaudan redevient catholique, une grande partie des habitants des paroisses cévenoles reste attachée aux idées de la Réforme. L'Edit de Nantes, signé par Henri IV en 1598, amène une trêve jusqu'en 1621.

Mais le pouvoir royal ne supportera pas cet Etat dans L'Etat et des mesures de plus en plus vexatoires conduisent à la révocation de l'Edit de Nantes; ce qui provoqua le départ pour l'étranger de la population la plus riche et au soulèvement camisard.

Des chefs camisards surgissent du petit peuple et conduisent leurs troupes avec habileté de 1702 à 1704 : Cavalier, Roland, Castanet et Jouany. Les meilleures troupes royales, commandées par trois Maréchaux de France, ne réussissent pas, malgré des moyens considérables, à exterminer ces bandes disparates. Les représailles qui, d'un côté comme de l'autre, s'amplifie de jour en jour, finissent par lasser à la fois le pouvoir et les révoltés. Cette lassitude et l'arrivée du fin diplomate que fut le Maréchal de Villars amènent ainsi la fin des combats et un apaisement relatif.

Aucune guerre active ne viendra plus maintenant troubler les vallées cévenoles entrainant une prospérité relative, due en particulier au développement des vers à soie . Les cévenols transforment et agrandissent leurs demeures pour y aménager des "magnaneries de plus en plus volumineuses.

La reconnaissance du fait protestant se fait jour à la fin du XVIIIe siècle, consacrée par l' "Edit de tolérance" (1787). Les troubles de la révolution passés, la sériculture connaît son âge d'or pendant la première moitié du XIXe siècle.

La guerre de 1914 - 18 fait des coupes sombres parmi les populations montagnardes et rurales. Les cévenols ont proportionnellement payé un plus lourd tribut de sang dans cette hécatombe que les populations urbaines. En effet, les ruraux furent alors systématiquement mobilisés dans l'infanterie pour tenir les tranchées de première ligne. Il suffit pour s'en convaincre d'examiner les monuments aux morts.

La crise de l'entre-deux -guerres frappe l'industrie minière jusqu'à lors florissante..

En 1940 - 44 , les Cévennes, suivant en cela une vieille tradition , servent de refuge aux résistants. Dans les années 50, les besoins en charbon diminuent et le bassin houiller d'Alès perd, à nouveau, une grande partie de son dynamisme.

Pour résumé, on peut donc dire qu' au début du XXe siècle, la société cévenole s'effondre : les crises de la soie, de la châtaigne et de l'industrie minière ainsi que les deux guerres provoquent l'exode des quatre cinquièmes de la population ce qui menace directement une nature et des paysages profondément transformés par l'homme.
Afin de préserver et de promouvoir un patrimoine culturel et naturel, un recours à la solidarité nationale est nécessaire : c'est la création du Parc national des Cévennes. Ce qui donnera un nouvel élan à la région et une expansion constante du tourisme.

Aujourd'hui la population rurale est stabilisée, en tous cas dans la région de Sainte Croix Vallée Française, principalement grâce à la diversification des activités.

 
Source et crédits photos : Syndicat d'initiative de Sainte Croix Vallée Française

      La Mairie et les services municipaux

Services municipaux    -   Ecoles / crèche   -   Poste    -   Office du Tourisme    -   Accès et contacts
La Communauté de Communes de la Cévenne des Hauts Gardons
Les démarches en ligne
 

      Le Maire et le Conseil Communal

Le mot du Maire   -   Conseil Communal de Sainte Croix Vallée Française   -   Les commissions
 

 

Les publications de la commune

Comptes rendus du Conseil   -   Bulletin communal   -   Etat civil   -   APPEL d' OFFRES
 


URGENCES, prévention, alertes et météo  ...

Services médicaux et d' urgence    -   Prévention  incendies   -    "Vigilance" météo et crues    -    Météo

COVOITURAGE
St Jean du Gard - Florac - Ales
 


L'actualité en bref ...
 
Labélisation "Rivière en bon état", le 19 juin au Martinet, détails ci-dessous  
Trophée 2017 du Parc National des Cévennes  
Ouverture Maison de service au public en vallée Française à sainte croix le mercredi matin , le jeudi toute la journée et le vendredi matin, à Saint Etienne le lundi et le mardi toute la journée 
Sainte Croix peut acceuillir une famille,nous avons un logement libre de 78m² avec 3 chambres,prenez contact au 04 66 44 70 50
Office tourise cevennes

inauguration raccordement en eau potable des Mazes  Le conseil municipal de Sainte Croix Vallée Française a le plaisir de vous inviter à l' inauguration du raccordement en eau potable des Mazes le mardi 18 juillet 2017 à 16h30 au centre du village.
Cette réalisation a reçu des cofinancements de l 'agence de l 'eau , du département et de la région.
Voir la pièce jointe :     
Contacter le gestionnaire WEB .
Communauté de communes de la Cévenne des Hauts Gardons
Bassurels - Gabriac - Moissac Vallée Française - Molezon
Le Pompidou - Saint Etienne Vallée Française - Saint Martin de Lansuscle - Sainte Croix Vallée Française